Jeanne DORIN

©Jeanne Dorin

A l’origine, il y a l’idée de rapprochements. L’intuition et l’imagination sont des vecteurs de mon travail. Je m’intéresse aux choses à première vue futiles et discrètes passer d’un espace à un autre, du réel au récit, comme une entrée, une échappée.
Il y a quelque chose de volatile dans les images que je crée.
Les strates de couleurs permettent de créer des ouvertures entre les différentes gravures, comme des lignes qui guident le regard et proposent des relations entre les images. Sortir les sujets de leur place initiale pour qu’ils deviennent incongrus, déplacés, poétiques, pour inviter à la rêverie. Parce qu’elle permet cet aspect combinatoire, la gravure est pour moi un moyen de donner forme à mes idées. Je travaille à partir de plusieurs matrices qui me permettent d’avoir une approche fragmentaire de l’image et de rapprocher des dessins sortis de mes carnets. Je pratique la gravure en pointe sèche en autodidacte, sur différentes matrices (zinc, cuivre, rhodoïd…). J’utilise également la technique du Chine collé sur certaines estampes pour introduire des morceaux de texte, page découpée dans des livres et les faire dialoguer avec des dessins gravés.

https://jeannedorin.com

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Print this pageEmail this to someone