Claudine SALLENAVE

©Claudine Sallenave

Ce qui fait art, ce qui n’est pas art… c’est tout le temps cette même question, tous les jours la même interrogation et il faut y aller, donner, creuser dans le sillon d’une activité créatrice. Chercher, travailler avec des contraintes fortes et explorer le champ des possibles avec des matériaux simples, se méfier du trop. je dispose de quelques outils: une grille orthogonale dans la tête et les yeux, la capacité de voir les pleins et les vides, celle d’apprécier les points d’équilibre et de déséquilibre. Je n’utilise que des matériaux traditionnels que je perce, découpe, colle. Je trace et construis le vide autour et dans les « pleins ». Je fais des maquettes de 30cm mais qui, dans un réel rêvé, pourraient devenir des structures de plusieurs mètres. Je tente d’enlever et d’éliminer le superflu, travail difficile entre la volonté de pensée construite et la tentation de céder au baroque déjanté et dadaïste. le titre « Cascades » renvoie aux chutes d’eau avec ses rebonds et éclaboussures autant qu’à la couleur et l’ordre des lettres composant le mot lui-même. Eclats, brillances, blancs sont dûs aux matériaux tels que la toile blanche, l’adhésif transparent à surface brillante et le plexiglas recouvert d’un film bleu. Les lignes rythment la chute et les retenues. Faire jouer et danser les lignes et les formes dans un « work in progress » permanent.

Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on PinterestShare on Google+Print this pageEmail this to someone